Association de protection de l'environnement à la Réunion

Miel vert et conseils


APIculture : nos abeilles, garantes de la biodiversité

Aux abeilles, nous devons : la pollinisation de 80% des espèces de plantes à fleurs et à fruits de notre planète. Sans les abeilles, au petit déjeuner, adieu fruits, confiture, amandes, café… et même moins de lait.

L’abeille locale est une sous-espèce malgache « Apis melifora unicolor ». Présente depuis toujours à La Réunion, elle s’est adaptée aux conditions locales.

La situation sanitaire du cheptel apiaire réunionnais jusqu’ici préservée a connu l’année dernière (en mai 2017) une crise avec l’apparition du varroa dans nos ruchers.

Il s’agit donc d’un environnement menacé et d’un équilibre à retrouver.

Plantes vertes… Miel vert…

Chaque année se déroule la manifestation « Miel vert ». L’occasion pour les acteurs de la filière apicole de proposer aux consommateurs un miel péi de qualité et de sensibiliser sur la relation plantes-insectes-hommes, une trilogie vitale dans le maintien de notre biodiversité.

De nombreuses miellées (lavande, tilleul, acacia, toutes fleurs…) sont produites dans le monde, en Europe… Les étiquettes des pots de miel doivent d’ailleurs indiquer leur provenance : miel originaire et non originaire de la C.E. (!).
Les miels « péi », produits et commercialisés à La Réunion, sont facilement reconnaissables de par les alvéoles qui auréolent les couvercles des bocaux ; de plus, s’il s’agit du miel de baies roses, de forêt ou de letchi, il y a de fortes chances qu’il soit d’ici…

Le « miel vert », quant à lui, est produit à partir du « Tan Rouge », un bel arbre de la forêt de Bois de Couleurs (devenu rare), qui peut atteindre 15 m., avec une floraison composée de nombreuses petites fleurs blanches, remarquable d’avril à juin. L’écorce de cet arbre est très riche en colorant rouge et était utilisé autrefois pour tanner le cuir et les vêtements. Sa replantation est programmée.

Dans le cadre de la manifestation « Miel vert » (2016), M. Patrice PERCIE DU SERT avait proposé une conférence « La détox par les produits de la ruche ». La « détox », le terme est à la mode, mais saviez-vous que certains produits de la ruche stimulaient les enzymes de détoxification avec une force inimaginable ?

Parmi ceux-ci : le pollen, la propolis, la gelée royale, la cire et bien sûr le miel. Notre expert insiste, bien évidemment, sur la propolis, seul considérée comme un médicament homéopathique.

La gelée royale possède, elle aussi, d’innombrables vertus énergétiques. Riche en vitamines du groupe B (B3, B5, acide folique et biotine), imaginez que cette nourriture exclusive à la reine des abeilles lui permet de vivre jusqu’à 50 fois plus longtemps que l’ouvrière.

Plantes vertes… ou fleurs apiphiles

Lorsqu’il publie « Fleurs apiphiles d’une île chlorophylle » en 2013, Roger Lavergne précise : Les plantes mellifères n’existent pas. Aucune d’elles ne produit du miel. Amies des abeilles (apiphiles), elles leur offrent du nectar (nectarifères) et du pollen (pollinifères). Alchimistes, sans le savoir, les abeilles transforment les nectar en miel ».

Petit aperçu de quelques plantes nourricières réunionnaises.

  • Le bois de fleurs jaunes
    Il pousse en forme de buisson dans les clairières et aux abords des sentiers (ex : à Cilaos). En vieillissant, il prend la forme d’un petit arbre de 3 à 4 m. Cette plante produit un pollen très apprécié des abeilles et permet de renforcer les colonies avant la miellée de letchis. Miel et plantes prisés des Réunionnais pour leurs vertus médicinales.

  • Le jamrosat
    Le jamrosat ou jambrosat est originaire d’Inde et de Malaisie. On le trouve surtout sur le long des torrents et sur les berges des rivières (Salazie, route des Plaines des Palmistes). Avec plus de 300 étamines par fleur et les filets de ces étamines qui peuvent atteindre jusqu’à 4 cm de longueur, elles sont un véritable paradis pour les abeilles !

  • Le bois de joli cœur
    Reconnaissable à son feuillage très particulier : froissées, ses feuilles dégagent une odeur de mangue, d’où son autre nom « bois de mangue marron ». Son nom imagé proviendrait de ses fruits qui arrivés à maturité, sortes de petites capsules rondes de couleur jaune s’ouvrent sur des graines d’un rouge écarlate. Son abondante floraison entre octobre et novembre attire de nombreuses abeilles et le nectar ainsi récolté parfume agréablement le miel de forêt.

  • L’ambaville
    Plante de forêt à réputation médicinale. Buisson, puis arbuste, avec un tronc et des branches tordus, ses petites fleurs sont très nombreuses regroupées en bouquets au sommet des tiges et sont visitées par les abeilles.

Mais aussi le bois de goyave marron, l’arbre à miel, le bois de judas, le bois de pintade, le bois maigre…

1,2,3 Plantez !

Voici 5 gestes simples à adopter pour lutter contre les menaces qui pèsent sur les abeilles et sur l’Humanité !

  • Geste n° 1 : Plantez un jardin favorable aux abeilles et insectes
    Des espèces endémiques bien sûr, mais aussi des fleurs apiphiles, des couleurs, des plantes à parfum, semez des graines bio, bouturez, dans votre « cour » ou dans les jardinières de votre balcon ou terrasse.

  • Geste n° 2 : Prévoyez un point d’eau
    Parce qu’elles ont besoin d’eau pour diluer le miel qui nourrit la colonie ou rafraîchir la ruche, installez un récipient de type vasque à oiseaux (peu profond avec quelques brindilles) et pensez à changer l’eau régulièrement.

  • Geste n° 3 : Bannissez engrais chimiques et pesticides
    C’est peut-être la règle d’or : éviter les produits phytosanitaires. Parfois, un peu de terreau suffit. Préférer des solutions alternatives.

  • Geste n° 4 : Installez vos propres ruches et rejoignez une association d’apiculteurs
    C’est l’assurance d’avoir du miel de qualité pour sa consommation annuelle et de soutenir le travail des apiculteurs. A La Réunion, par exemple, le syndicat des apiculteurs de La Réunion mène de nombreuses actions de sensibilisation

  • Geste n° 5 : Contribuer à diffuser l’information sur le rôle de l’abeille et la nécessité d’une agriculture respectueuse de l’environnement
    Ce n’est pas le moindre des gestes. Faire connaître les menaces qui pèsent sur les abeilles. Nous ne sommes, en effet, pas tous au courant du danger que représentent agriculture et environnement modernes.

    Avec l’arrivée du Varroa, obligation est faite aux propriétaires de ruches de les déclarer à la Préfecture. Mais comment lutter contre cet envahisseur ? Il faut réfléchir aux solutions car il en existe toujours. Ainsi, des groupes de travail et des expériences sont actuellement menées consistant à utiliser des produits naturels et locaux pour lutter contre le parasite. Le syndicat des apiculteurs ainsi que le groupement de défense sanitaire de La Réunion sont fer de lance dans ce combat.

    Dans le cadre de ses Sorties-Nature, la SREPEN-RNE participe à la diffusion de connaissances visant à préserver notre santé et notre environnement !

Nous localiser

mybrand-map

Ile de la Réunion - Océan Indien

Contactez-nous

Adresse:                                  Téléphone:


30, Rue des deux canons                              0262 28 19 29
97490 Sainte-Clotilde
Ile de la Réunion

Nous écrire:


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou cliquez ICI